Adobe arrête Flash sur mobile, un Web sans plugins ?

Ce matin même Adobe vient d’annoncer une restructuration majeure (Article Zdnet) avec comme point d’orgue la disparition de son équipe de développement Flash Player sur Mobile. Après un refus net par Steve Jobs de voir Flash cité sur la plate-forme iOS (iPhone/iPad), Adobe a travaillé avec Google au développement du plugin pour Android. Sorti voila maintenant un an sur cette plate-forme, il semblerait que celui-ci n’ai pas fait l’unanimité, loin s’en faut.

Les raisons d’un échec 

Flash est devenu au fil des années un pilier indispensable pour bon nombre de sites Web. Il était utilisé à l’origine pour afficher des animations et ces dernières années principalement pour lire du contenu vidéo. Les navigateurs pré HTML5 n’étant pas capable de pouvoir réaliser cela sans plugin, Adobe Flash s’est imposé.

Souhaitant continuer a imposer son leadership, Adobe a voulu investir les plate-formes mobiles en s’alliant avec les deux principaux constructeurs (Apple et Google). Apple, par la voix de Steve Jobs, a refusé fermement Flash sur iOS (Extrait de la lettre ouverte de Steve Jobs à Adobe). Sur Android, par nature ouvert, Adobe a pu réaliser le développement de Flash.

Les plate-formes mobiles disposant toutes d’une compatibilité HTML5, l’intérêt de voir la technologie Flash arriver ne s’est pas faire sentir comme indispensable. De plus bon nombre d’éditeurs n’ont pas attendu Adobe pour se lancer et ainsi se passer de Flash. Vodeclic en fait partie.

Ajoutons à cela que les premiers retours de Flash sur Android ont été décevant. Avec des performances limitées, la messe a sonné pour Adobe.

Une fin irrémédiable sur ordinateur

Avec la fin de Flash sur Mobile, c’est la boite de pandore qui s’est ouverte, la disparition de Flash sur ordinateur devient inéluctable.
La première raison est la compatibilité grandissante des navigateurs sur la technologie HTML5, aujourd’hui soutenu par tous les acteurs.

De plus avec un nombre de périphériques mobiles devenant plus important que celui d’ordinateurs (Etude Deloitte), les éditeurs vont finir par adopter la technologie la plus large : le HTML5. Ils pourront ainsi toucher le plus grande nombre. La fin de Flash n’est plus qu’une question de temps.

Et Silverlight dans tout ça ?

En effet Flash Player n’est pas le seul plugin sur votre navigateur. Il est bien sur le plus répandu et le plus utilisé avec 95% d’ordinateurs équipés.

Derrière vient se placer Silverlight, une technologie Microsoft concurrente de Flash. Depuis quelques temps déjà Microsoft a repositionné Silverlight pour des développements « hors navigateurs ». Nous apprenons aujourd’hui même que la prochaine version de Silverlight serait peut-être la dernière (Article NextWeb).  Autant dire que les plugins vont bientôt devenir une espèce en voit de disparition…

Les choix de Vodeclic dans ce contexte

Vodeclic a largement anticipé cette situation en produisant l’ensemble de nos formations en multi-format. Je reviendrai sur cet aspect dès la semaine prochaine !

Laisser un commentaire